Logo CHAHUT ! le tout petit festival - Retour accueil

A l’origine…

La petite histoire

L’histoire du Tout-petit festival musical commence en 2010, comme une invitation,  par une idée toute simple : mettre en valeur conjointement le temple de Saint-Germain-de-Calberte et la musique, proposer des soirées musicales à tous les publics. Le ton est donné : des musiciens de très haute tenue, des concerts et des moments de rencontre.

2011 est l’année de la mise en place des ateliers de musique pour tous, animés par des musiciens du festival. Le Tout-petit festival musical s’installe comme un rendez-vous local.

Sur une idée de Jean-Pierre Lin, en souvenir de Charles et Suzanne Julien

« Vers 1960, Papa Charles et Mammanzette, viennent en famille dans les Cévennes, sur leurs superbes bicyclettes surchargées. Ils nous ont fait connaître les paysages, les terrasses, le climat et la population. Ils ont été reçus par les familles du Cros. Ils ont découvert la vallée et ses cours d’eau, ses traditions, chèvres, vins, fromages, miel… Ils nous ont appris à aimer la lourde histoire cévenole, la nature magnifique, les gens de Saint-Germain et de ses environs.

Avec ce petit festival et amicalement, dans les douces nuits d’été cévenoles, nous les remercions et ne les oublions pas. »

Jean-Pierre Lin
(Charles Julien 1912 – 2000; Suzanne Julien 1914 – 2009 )

Le Temple

Chaque soir, entrez dans ce lieu unique, notre salle de concert : le Temple du village.

Construction et reconstruction

C’est en 1654 qu’il a été décidé de construire un bâtiment entièrement voué au culte réformé. Ce premier temple est inauguré en 1656. Son histoire suit celle de l’histoire nationale ; avec la révocation de l’édit de Nantes, c’est le rasement de tous les temples de France qui est décrété. Le temple de Saint-Germain-de-Calberte ne fait pas exception : il est détruit dès 1685.

Ce n’est qu’en 1825 que le temple est reconstruit grâce à une souscription nationale. Le bâtiment devait pouvoir accueillir plus d’un millier de personnes.

Une double vocation

En 1997,  suite au don du conseil presbytéral, le bâtiment devient la propriété de la commune de Saint-Germain-de-Calberte. Depuis cette date, son rôle est double : c’est toujours un lieu de célébration cultuelle mais il devient aussi un lieu d’exposition et de concerts.

L’heure de la rénovation

Les travaux de rénovation du Temple ont été terminés en 2016, soutenus par la municipalité. Suite à une étude acoustique effectuée par l’association du festival, les travaux d’acoustique ont également été effectués par la mairie de Saint-Germain-de-Calberte.

Le village de St Germain

Petit village accroché sur les hauteurs des vallées cévenoles, dans le cœur du Parc National des Cévennes, Saint-Germain-de-Calberte a su conserver son authenticité.

Un village en pleine nature

Il est une chose : vivre en Cévennes, c’est vivre avec la nature, entourés par elle. Cette nature est à la fois omniprésente, quasiment sauvage bien que façonnée par l’homme, et comme apprivoisée. Le temps d’une balade, partez sur les traces des hommes qui ont fait les Cévennes : passez de bancel en bancel, ces terrasses cultivées aux murs de pierres sèches, admirez la vue depuis les crêtes, buvez aux sources, saluez les troupeaux et les locaux.

Un village chargé d’histoire

Chaque village est le témoin de son histoire et Saint-Germain-de-Calberte ne fait pas exception. Fondé par les moines au VIIIème siècle, il a été l’un des centres de population de la Vallée Française. L’activité des Cévennes est alors liée à celle des monastères et des prieurés. Ce sont eux qui développent la culture de la châtaigne, activité agricole encore bien vivante de nos jours.

Plus tard, les guerres de religions le déchirèrent pendant plusieurs siècles : c’était le temps des camisards.

Plus tard encore, le pays est porté par l’économie du ver à soie, présente dans tout le Sud Est et par celle du charbon. La filature du village fonctionne à plein. Les surplus agricoles sont vendus sur le marché de La Grand’Combe aux ouvriers des mines. Le pin fait son apparition à côté du châtaignier : il sert à étayer les galeries des mines.

Et puis R.L. Stevenson a traversé les Cévennes avec un âne. Depuis quelques dizaines d’années, le pays ne vit plus seulement d’agriculture, mais aussi du tourisme « nature », de ses paysages, de ses chemins et de ses randonneurs.

Les actus

// Atelier de chant et théâtre

Lundi 29 juillet – Saint-Germain-de-Calberte  Formation par Guillemette Beaury, soprano – Chant (et théâtre) autour de Hanns Eisler – Pour adultes – Tous niveaux Restitution le 3 août, pour l’apéritif du soir, vers 19h, restaurants le Figuier des Cévennes et chez Adam à La Placette. 10 h 30 – 12 h 30 – RV au […]

en savoir plus

Les infos pratiques

Tarifs & Réservation
en savoir plus
Accès & Plan
en savoir plus
Hébergement / Restauration
en savoir plus
Espace presse
en savoir plus
Nous contacter
en savoir plus
Newsletter
en savoir plus